Les choses avancent ou reculent, je ne sais trop...

 

Pour suivre les évènements, j'ai réfléchi, remis ma vie en cause, retrouvé pour un temps ma naïveté et j'ai recontacté le type du mariage parce que je me suis dit pourquoi pas, c'était un mec bien que j'avais envie de découvrir.

 

On a fait connaissance par messages, des petits secrets aux grands rêves, des bidouilles à l'essentiel...et puis il m' a invitée...ô joie....premier rencard de ma vie à 26 ans...il était temps vous allez me dire..
J
'espérais vivre les frissons, la peur, le coeur qui bat la chamade, les mains moites...
Et puis en fait non, rien de tout ça juste le naturel !!!

 

Il m'a invitée à manger, il a cuisiné, juste pour moi et puis on a parlé, parlé, parlé...toute la nuit avant qu'il m'embrasse tout simplement...
Mes 18 ans étaient revenus, juste l'instant présent, juste le moment, lui et moi, juste nous et puis c'est tout...

Et les vacances se sont déroulées de cette façon...on s'est vu, s'est plu, s'est câliné sans jamais penser à l'avenir, sans jamais parler de cet éloignement, sans jamais penser aux autres...

 

Et retour à la vraie vie, parce que celle dans le sud n'est qu'éphémère.

Et de là je me questionne. Qu'a-t-il envie ? Jusqu'où veut -il aller ? Que peut-il envisager dans sa vie ?

Après lui avoir donné un avant-goût et un échantillon du goût que peut-il désirer ?

Vous connaissez ma naturelle franchise alors je lui ai demandé et après avoir passé une semaine en ma compagnie, il m'a répondu, qu'il n'en savait rien qu'il n'y avait pas du tout réfléchi et que donc il ne savait pas quoi me répondre...

 

Je n'ai pas besoin de déclarations, je ne veux pas de promesses, encore moins d'engagement, juste savoir ce qu'un mec peut penser après avoir été "bien" comme il le dit, juste bien avec moi. Savoir ce qu'il peut ressentir puisque moi je suis incapable de savoir ce qui m'a traversé le corps et l'esprit.

Je me suis questionnée après l'avoir vu, étais-je encore capable d'aimer, d'aimer comme je le faisais, sans questionnement, sans objections ? Etais-je encore capable de ressentir des choses, des papillons  ou est-ce que passer un certain âge, les espérances disparaissent et il ne reste que le concret ?

 

Parce que le concret était là, j'étais bien avec lui, moi, juste moi, simple et belle dans les yeux de quelqu'un. Alors le concret est aussi la distance mais sur le moment on l'a oubliée...et on l'a même sûrement fait exprès...
Plus le temps avance et plus je me dis qu'après tout, être naturelle dans les bras de quelqu'un n'est-ce pas le principal, il y a tellement peu de personnes avec lesquelles on se sentent bien, que n'est-ce pas ce que nous devrions conserver ?
Oubliée la distance, oubliés les soucis, oubliées les complications...