On m’a fait remarquer que je n’écrivais plus souvent et c’est bien vrai. Je me laisse dépasser par la vraie vie en oubliant mon besoin d’écriture qui me soulageait plus que tout.

Peut être que la clé de mon malaise du moment se trouve là, combien de fois ai-je eu recours à l’écriture pour m’aider ?

Alors j’ai relu, des pages et des pages de mail de ma vie d’il y a 3 ans et plus. Les incertitudes du moment, les retours de l’EX, les hésitations du Pioupiou, des propositions que j’ai faîtes de traverser l’Atlantique, une ex accrocheuse, une roumaine nouvelle, des décès, des concours, des éventualités, des amitiés, des trahisons, des inquiétudes…

A trop vivre dans le passé je passe certainement à côté de la vie. Mais comment faire ?  Je sais que le passé fait partie de quelqu’un mais ma mémoire me dessert. Alors je vais faire comme à chaque fois que ma vie ne me satisfait pas je vais tout chambouler. Je cherche déjà un autre endroit où habiter, je regarde de plus en plus une solution pour partir loin.
Comment est-ce qu’on peut se construire en étant perpétuellement à la recherche d’autre chose ?

L’inconstance peut-elle aider quelqu’un ou le desservir ?

 

Pour vous dire où j’en suis un peu dans ma vie.

Alors d’abord j’ai tenté une histoire avec un copain à moi, quelqu’un qui me faisait des avances depuis des années, le genre d’homme qui me met sur un piédestal. Mais surtout celui qui avait peut être réussi à coup de mots doux et de tendresse à réveiller quelque chose en moi. Alors j’y ai crû, parce que lui et moi nos vies s’accordaient parfaitement, les mêmes rêves, les mêmes projets, les mêmes envies. Et puis comme on ne contrôle pas les papillons, les frissons, la passion, rien n’a fonctionné comme prévu. Ca a duré des mois mais finalement j’avais raison, si dès le début qu’on se connaissait rien n’avait fait tilt entre nous, rien n’allait se réveiller. Je suis une fille comme ça, la passion avant tout.

 

Et puis il y a eu quelqu’un d’autre, un coup de foudre, un vrai, d’une nuit, quelqu’un qui en posant ses mains sur moi m’a fait me sentir vivante comme jamais plus depuis cet orage de 2008. Quelqu’un qui naturellement, sans même me connaître a su. A su ce dont j’avais besoin. Une nuit entière à parler et à faire l’amour, une nuit, peut être la seule de votre vie ou vous avez l’impression que la personne qui est en face de vous, vous connait depuis toujours, que cette personne vous respecte plus que lui-même. Quelqu’un qui ne se réveille pas au matin en niant ce qui a pu se passer de magique, quelqu’un qui assume ses sentiments et son ressenti, quelqu’un plein de bonne volonté mais qui comme je semble être maudite, habite trop loin. Il a souhaité poursuivre l’histoire, on a passé un week-end magique et puis sur le quai d’une gare on s’est dit adieu.
Il avait besoin de moi, besoin de quelqu’un pour se reconstruire, besoin de quelqu’un pour lui redonner confiance en lui et en la vie. J’ai été cette personne, comme toujours et il suit maintenant sa route c’est ainsi.

Je me suis sentie vivante, comme jamais depuis longtemps, je me pensais insensible, le cœur refroidit et gelé mais avec lui j’ai pu sentir l’espoir, les frissons, la vie en moi. C’était physique et intense. C’était instantané et bref mais puissant et subtil.

 

C’est un échantillon de la vie que je souhaite. Passionnée. Vivante. Sensuelle. Magique. Indescriptible.