Deux ans pratiquement que je n'ai pas écrit, que je ne suis pas venue.

La vie entraîne et ne laisse guère de place au fictif.

Je ne suis pas moins rêveuse, je n'ai pas plus avancé dans ma vie, si ce n'est que je travaille et que le quotidien tue à petit feu la rêveuse que j'étais.

La vie active fait qu'on se laisse vite dépasser. La vie de tous les jours elle m'emmerde à moi, je n'en veux pas. Et quand on est grand on n'a pas le choix et ça ça m'emmerde encore plus ! Je me trouve stagnante. Celle que je serai demain moi elle m'emmerde alors comment peut elle être encore intéressante au regard des gens. J' adore ce que je fais mais je me dirige vers une routine qui m'exaspère déjà..

Le problème c'est que je sais que je suis comme ça, je suis instable et perpétuellement à la recherche de mieux.

C'est l'Eldorado ma quête pourtant même là je ne serai pas heureuse, ce serait juste me donner un but irréalisable qui me fera me sentir vivante et qui me fera me dire que je serai en quête de quelque chose.

 

Moi je suis la fille qui sur un coup de folie prend un avion pour aller dire en face à un mec qui ne la mérite pas qu'elle est là et vivante et qu'elle est prête à beaucoup, je suis la fille qui se réveille un matin et peut décider de tout chambouler pour juste être plus heureuse, je suis la fille qui n'est vivante que lorsqu'elle se dépasse et relève des défis.

Mais je suis aussi la fille qui n'avance pas sentimentalement, la fille qui se retranche encore et encore sur les mêmes mecs.

 

La vie ancre en nous des choses et des certitudes, parfois stupides, même ridicules, mais elles sont là.

Mon pioupiou et moi, une histoire à la mélo comme disent certains de mes amis et pourtant c 'est bien la seule, une histoire passionnée et vraie, fugace, instantanée, intuitive. Une seule preuve d'un amour encore existant et je pourrais faire tapis de ma vie.

 

C'est stupide je le conçois, c'est de la facilité vu que je ne rencontre personne, mais c'est là au fond de moi.

Le fait d'être dans mon sud, c'est lui et moi ici, toujours, ça restera lui et moi, les chaudes nuits d'été, ce premier baiser magique, cette première nuit sensationnelle, ces souvenirs intactes. Le sentiment d'inachevé peut être, un avant-goût certainement, une histoire qui n'a pas eu toutes ses chances surtout.

 

Avancer sans jamais se retourner est-ce la solution ?

N'ai-je pas fini de grandir ? Et est-ce que c'est ce qui fait que je ne peux accorder ma vie à quelqu'un d'autre pour l'instant ?