Une chaude nuit d'été, un orage et la soudaine envie à 1h du mat de prendre la voiture et de le rejoindre pour l'embrasser sous la pluie et lui faire l'amour comme cette nuit là, comme si c'était la première fois, comme si c'était la dernière fois...Cela me manque de l’aimer, cela me manque de ne pas le voir. Il me manque.

L’été sans lui ici ce n’est pas la même chose. Rien n’est pareil. Tout a changé. Deux ans maintenant que tout est terminé et deux ans pendant lesquels je n’ai vraiment rencontré personne. Personne. Personne ne m’a tentée, personne ne m’a donnée envie de me laisser aller, de faire confiance, de tenter quelque chose.

Il est toujours là quelque part, dans un coin de ma tête, dans un coin de mon cœur.

Guérir de L’Ex pour retomber malade du Pioupiou, c’était pas une si bonne idée que ça…^^

Mais si on contrôlait quelque chose ça se saurait.

Pourquoi faut-il que tout soit toujours aussi compliqué ?

Quelqu’un a-t-il la recette de la guérison ? ou la recette du bonheur pour aller plus vite ?
.
.

J’aime repenser aux moments que j’ai connu, d’autant plus lorsque je ne les vis plus. Cela me manque, finalement Sardou avait raison, la maladie d’amour le plus dur c’est quand on en guérit.

Avoir personne en tête, savoir que personne ne pense à vous, ne pas faire de projets d’avenir, exister seule.

C’était mon objectif, exister seule et il est maintenant accompli. Alors maintenant qu’est ce que je fais ?
.
.

Je voudrais juste mettre ma main dans celle de quelqu’un, partir à la plage admirer les orages, sentir des pieds se glisser sous les draps, l’odeur du petit déjeuner préparé avant que je me lève, des doigts se glisser dans mes cheveux, faire couler la douche pour deux, préparer les vacances et beurrer des toasts…

Des trucs à la con, sans importance pour beaucoup, pour ceux qui le vivent au quotidien, mais tellement capital pour se construire. On en perçoit l’importance lorsqu’on ne les vit plus. On se rend compte de la valeur des choses lorsqu’on les a perdu, on saisit le contraste d’une vie avec et d’une vie sans… tellement de changements et tellement peu d’importance à consacrer à une vie qui oublierait ses détails.

Les gens ne perçoivent pas leur chance, pas comme ils le devraient. Ils oublient les éléments les plus simples qui pourtant aident à se rapprocher du bonheur.

Ils oublient de s’aimer et d’aimer la vie qui leur ait donné.